9/10 99

Connaissiez-vous le café Vietnamien ?

On entend souvent parler de café Ethiopien ou Brésilien mais qu’en est –il de celui du Viet Nam ?

robintaAvec l’arrivée des français au XIXème siècle et l’import des plantes de café, le Viet Nam est aujourd’hui devenu un acteur mondial majeur dans la production et l’exportation de fèves de café. Après les violentes guerres et divers conflits nationaux et régionaux, le Viet Nam revient sur le marché à la fin du XXIème siècle détrônant peu à peu les autres pays exportateurs. Ainsi le pays se hisse à la deuxième place en tant qu’exportateur mondial de café après le Brésil avec près de 1,5 milliards de tonnes de café et le premier exportateur mondial concernant le café robusta.

En 2014 le commerce du café a représenté près de 3,5 milliards de dollars de recette pour le pays soit près de 2% de son PIB. Le secteur est donc en plein essor notamment avec la montée en puissance des pays d’Asie où la consommation est en forte hausse. Depuis déjà une dizaine d’année cette consommation est de l’ordre de 4% par an alors que celui des pays occidentaux est de l’ordre de 1% (OIC). Le marché du café en Asie a donc de beaux jours devant lui, au Viet Nam ce secteur emploie près de 3 millions de personnes sur 640 000 hectares, dont de nombreux agriculteurs et notamment des groupes éthiques minoritaires concentrés principalement sur les hauts plateaux du Centre.

Quel café au Vietnam ?

quel cafe au vietnamPour ce qui est de la consommation intérieure elle ne s’élève qu’à hauteur de 5 à 10 % de la production annuelle, alors que le reste est dédié exclusivement à l’export (café brut). Le marché local est partagé par de grandes marques dont des locales : Vinacafe et Trung Nguyen ou encore par de plus en plus de marques étrangères avec des ouvertures de cafés à tous les coins de rues (Nestlé, Starbucks coffee, The Coffee Bean & Tea Leaf etc.) et par la forte présence en rayon de ces dernières, dans les magasins et supermarchés. De plus les Vietnamiens sont les premiers consommateurs mondiaux de café moulus, attirant ainsi les investisseurs étrangers qui voient en ce pays l’avenir de la production de l’Asie du Sud-Est.

Quelle différence entre le robusta et l’arabica ?

Ce qu’il faut savoir c’est que les principales caractéristiques de ces derniers proviennent de : la taille, la forme du grain, les arômes et la teneur en caféine. De plus chaque café aura sa propre signature selon ses origines, son espèce, sa maturation et son traitement.

Cependant vous pourrez distinguer :

L’arabica qui se veut être un café riche en arômes avec une certaine finesse et un gout fruité. De plus il possède une faible teneur en caféine et est donc apprécié par les plus grands amateurs de café. Le café arabica est le plus cultivé puisqu’il représente 70% de la production mondiale.

Le robusta quant à lui veut être un café pour les matins difficiles, il est moins aromatique, plus amer, fort et corsé. Son taux de caféine est deux fois plus élevé que celui de l’arabica et est donc moins apprécié par les « fins connaisseurs ».

Tout est donc une question de goûts et d’envie.

Le Viet Nam est aussi connue pour le café kopi luwak, qui est le café le plus cher au monde (1 000$/kilo). Celui-ci est cultivé à travers les déjections de putois vietnamiens sauvages qui ingèrent les cerises de café et les rejettent après digestion.

Quel avenir pour le café au Viet Nam ?

A l’heure actuelle la transformation du café reste encore un point important à développer notamment grâce à des investissements dans de nouvelles technologies. De plus les sociétés étrangères possèdent encore aussi une importante part des exportations nationale de café. Ainsi la création de valeurs, de qualité et la reconnaissance du café Vietnamien devient un enjeu important pour le pays.

Articles Liés

  • La culture éternelle des H’Mong

    La culture éternelle des H’Mong

    H’Mong est une des ethnies minoritaires le plus peuplées du Nord du Vietnam. Sa culture originale contribue à préserver la diversité du trésor culturel du pays.

  • Un métier éternel au pied du mont LangBian

    Un métier éternel au pied du mont LangBian

    L’alcoolisation, un métier éternel au pied du mont LangBian est transmis de génération en génération. Chaque famille de l’ethnie Lach préserve des savoir-faire pour confectionner cette boisson «suave» du Tay Nguyen des forêts d'arbres élevés.

  • Le plateau calcaire Dong Van passionne les voyageurs

    Le plateau calcaire Dong Van passionne les voyageurs

    Perché à 1.250 m d’altitude, Dong Van est couvert à 80% par des roches calcaires, lesquelles se sont formées dans des conditions naturelles et durant différentes périodes. Le plateau calcaire Dong Van passionne les voyageurs.